Psychologie et alimentation

Mis à part pour les troubles alimentaires, la psychologie de l’alimentation est rarement approfondie. Pourtant, c’est en comprenant mieux celle-ci que nous découvrons pourquoi les plans alimentaires et les régimes sont programmés pour échouer et que nous ne pouvons pas ne faire appel qu’à la volonté pour y arriver, du moins sur le long terme. Les émotions, les relations qui nous entourent, l’image que nous avons de nous-mêmes (en privé ou au travail), le contexte de vie dans lequel nous évoluons sont des aspects qu’on ne peut ignorer dans cette discipline.

Nombreuses sont les personnes qui ont des problèmes avec leur image, qui sont insatisfaites de leur corps (« insatisfaction corporelle »), qui aimeraient pouvoir manger ce qu’elles aiment sans se sentir coupables et sans avoir une crainte démesurée des conséquences. Se nourrir résulte d’un besoin physiologique, mais également d’un besoin émotionnel. Lorsqu’une personne s’ennuie ou a passé une journée stressante au travail, il n’est pas rare qu’elle se dirige vers le contenu des placards et du frigo pour se réconforter. Ceci ne devient un problème que lorsque, de façon répétée, la personne n’arrive pas à trouver le réconfort et qu’elle continue de manger malgré l’envie d’arrêter. On appelle cela le trouble du réconfort. De là peuvent découler de nombreuses souffrances liées à la nourriture, ce qui peut parfois mener au développement d’un trouble alimentaire (boulimie avec ou sans vomissements, anorexie, orthorexie, hyperphagie).

« C’est à travers le développement du plaisir et de l’amour que l’on se donne, que l’on peut apprendre le mieux à retrouver l’équilibre dans son alimentation. »

J’accompagne donc les personnes à mieux comprendre ce qui les empêche de manger normalement, c’est-à-dire sans obsessions et sans restrictions et ce, sans nuire à leur santé. Quand on est insatisfait de son corps, ce qui vient assez vite à l’esprit, c’est de faire un effort, contrôler ses apports caloriques, manger plus sainement et surtout, oublier le plaisir. Bien que cela puisse en étonner certain.e.s, c’est à travers le développement du plaisir et de l’amour que l’on se donne, que l’on peut apprendre le mieux à retrouver l’équilibre dans son alimentation. C’est en effet, par le plaisir que l’on peut arriver à trouver la satisfaction, et aussi par cette dernière que l’on peut arriver au rassasiement (la fin de l’envie de manger). Sans plaisir ni satisfaction, l’envie de manger « toujours plus » est enclenchée, et c’est là que les compulsions alimentaires peuvent naître. Autrement dit, ce n’est qu’en apprenant à être réellement comblé.e que l’envie du « toujours plus » peut cesser.

Lorsqu’on n’arrive pas à trouver le plaisir et la pleine satisfaction en mangeant, cela est généralement lié à certaines émotions qui « parasitent » le plaisir (comme la culpabilité ou la peur) et/ou, à un manque d’attention (si on mange en travaillant par exemple). C’est donc en travaillant sur ses émotions, tout en développant sa capacité à être plus présent.e en mangeant, que l’on peut retrouver le plaisir, et donc l’équilibre. L’équilibre, c’est manger ce que nous aimons et ce dont nous avons besoin, sans trop manger, la plupart du temps (un peu d’excès, de temps en temps, fait partie de l’équilibre). Nous comprenons petit-à-petit le lien entre le bien-être alimentaire et personnel. Être en paix avec la nourriture aide à être en paix avec soi-même.

Pour apprendre à trouver plus de plaisir et de conscience en mangeant, vous pouvez lire l’article sur les 7 sortes de faim.

Pour en savoir plus sur l’insatisfaction corporelle, vous pouvez lire l’article « Je ne suis pas un canon de beauté… et alors ? ».

De surcroît, que vous souffriez d’un trouble alimentaire (boulimie avec ou sans vomissements, anorexie, orthorexie, hyperphagie) ou que vous ayez envie d’aller au fond des choses pour pouvoir enfin manger sans « prise de tête » et sans nuire à votre santé, je vous propose un suivi approfondi en la matière. C’est en intégrant en toile de fond l’approche Bio-Psycho-Sensorielle* à ma pratique, qui respecte autant le corps, à travers l’écoute de ses signaux alimentaires, que l’esprit, via celle de ses envies émotionnelles, que je vous propose des entretiens psychologiques spécifiques à ce sujet. Si cette approche vous parle et que vous souhaitez mettre tout en oeuvre pour arriver au bout de vos compulsions, je recommande fortement de compléter nos entretiens avec un.e diététicien.ne formé.e au G.R.O.S.** qui vous proposera des outils et exercices concrets pour vous guider dans l’écoute et la reconnexion à votre corps. Ces exercices sont très complémentaires à ce qui sera travaillé dans nos entretiens psys et permettront de concrétiser certaines compétences. 

Pour rappel, mon expertise, mes outils ou ma personne, n’ont aucun pouvoir de changer les choses sans votre implication et votre collaboration active (voir « Ce qu’il faut savoir avant d’entamer une thérapie »).

* Cette approche a été élaborée par le G.R.O.S. (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids) pour permettre à l’individu de retrouver une sensation de liberté par rapport à la nourriture, tout en retrouvant un poids « santé », et ce sans restriction alimentaire (donc zéro régime !).

** G.R.O.S. (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids) , leur site ici 

Gestion du poids et Liberté

Vous aimeriez en savoir plus et rester informé(e) régulièrement ?

Rendez-vous sur cette page facebook.

Vous pouvez également suivre mon blog (mes publications d’articles en psychologie, les émissions de radio et les conférences auxquelles je participe et les documents divers liés à ma pratique de psychologue clinicienne).

Petite mise en bouche :

    • Petit cahier d’exercices pour réguler son poids selon les thérapies comportementales et cognitives (Sandrine Gabet-Pujol),

    • Mangez en paix (Dr. Gérard Apfeldorfer, Editions Odile Jacob),

    • Maigrir sans regrossir (Jean-Philippe Zermati, Editions Odile Jacob),

    • Vidéo : Un régime, ça fait grossir